Mes activités

Le psychologue clinicien possède différents outils:

Je vous propose à mon cabinet différentes modalités de prise en charge

L'entretien clinique:

 

Clinique, soit ce que l’on fait au lit du malade (du grec klinè « lit »).

L’entretien clinique a une place centrale dans le travail du psychologue clinicien. Il est non directif et son but essentiel est de laisser parler le patient. Pour ce faire le psychologue clinicien se doit de faciliter la parole en interférant le moins possible.
Ainsi, l’entretien clinique s’adresse à tout un chacun, sans rentrer d'emblée dans des registres psychopathologiques. Cela peut être au détour d’une sensation d’anxiété, d’un sentiment de tristesse, de situations répétitives pour lesquelles on s’interroge, sans trouver de solutions. De relations conflictuelles avec son environnement et ce de manière récurrente, d’une baisse de l’estime de soi, etc.

L’entretien clinique se situe obligatoirement dans une perspective relationnelle, où deux personnes se trouvent engagées avec leur conscient et leur inconscient. Au sein de cette situation duelle, le psychologue clinicien cherche à aider la personne à s’exprimer. Il se doit d’être disponible pour écouter et comprendre la complexité et la richesse des processus psychiques qui animent le sujet.

Dans ce cadre et plus précisément, le psychologue clinicien aura pour tâche de dégager les principaux registres conflictuels, la ou les problématiques centrales, les défenses qu’il emploie, celles qui le protège et celles qui entravent son harmonie psychique, son quotidien, sa relation à son envitonnement...


L'Evaluation

 

Mon travail consiste à cerner au plus près, la genèse et la nature de la problématique du patient. Il s’agit d’identifier la symptomatologie, son origine, ce qui l’a déclenchée, ainsi que les facteurs qui contribuent à la maintenir en place.
Il s’agit enfin, d’observer les conséquences qui en découlent, dans les différents secteurs de la vie du sujet : sphère privée et sphère professionnelle. Je prends soin d'étudier les stratégies que le patient adopte, celles qui ont valeur adaptative et qui visent à répondre harmonieusement à de multiples situations, et celles qui conduisent à l’échec.
A la fin de cette évaluation, une prise en charge individualisée est proposée.

  • La Consultation thérapeutique

En fonction de la problématique rencontrée, quelques consultations peuvent s'avérer suffisantes pour aider le patient à comprendre les symptômes dont il souffre.

  • Le Soutien psychologique

Aider le patient à traverser des étapes clés de sa vie, mais aussi des événements, tels une naissance, un deuil, une rupture, une perte d'emploi ..., qui nécessitent un accompagnement.

 

 

La Psychothérapie analytique

 

Il s’agit d’un traitement adapté à de nombreuses problématiques. En fonction de mon évaluation, je propose la prise en charge qui m'apparaît la plus pertinente, en ayant soin de définir clairement au patient, le cadre thérapeutique.

La psychothérapie analytique est, de manière générale, d'une durée plus courte qu’une psychanalyse, et fonctionne à un rythme qui varie entre une séance tous les quinze jours, à une à deux séances par semaine, selon le protocole mis en place, et en fonction du sujet.

Par contraste, la cure analytique, en position allongée, nécessite 2 à 3 séances par semaine en France, contre 3 à 5 par semaine en Angleterre, à titre d'exemple.

 


La technique analytique, vise à interpréter le matériel verbal que donne le sujet qui associe librement.
Le but de cette prise en charge sert à expliquer des comportements, des affects ressentis par le patient. Il s'agit de réduire ou faire disparaître les conflits psychiques qui l’animent, et dont il souhaite peu ou prou se libérer, selon ses résistances.
Ces conflits sont à la source même de difficultés, de questionnements ou plus simplement d’un mal être généralisé, pour lesquels le sujet s’étonne, et dont il ignore souvent l’origine (mécanismes inconscients).
Tous ces éléments constituent des entraves dans son quotidien, et oblitèrent de manière récurrente, la possibilité de vivre en harmonie avec son environnement, et à se sentir en accord avec soi-même.
En résumé, il s’agit de gérer ses conflits, d’acquérir une meilleure maîtrise de soi-même, afin de retrouver la voie de l’autonomie, le plaisir à être.

 

 

Respect des droits de la personne

 

"Le psychologue réfère son exercice aux principes édictés par les législations nationales, européennes et internationales sur le respect des droits fondamentaux des personnes, et spécialement de leur dignité, de leur liberté et de leur protection. Il n’intervient qu’avec le consentement libre et éclairé des personnes concernées. Réciproquement, toute personne doit pouvoir s’adresser directement et librement à un psychologue. Le psychologue préserve la vie privée des personnes en garantissant le respect du secret professionnel, y compris entre collègues. Il respecte le principe fondamental que nul n’est tenu de révéler quoi que ce soit sur lui-même. "

Extrait du code de déontologie des psychologues praticiens.